Get Out (2017), un thriller politiquement engagé

Get Out,
Réalisé par Jordan Peele (2017)
Épouvante
★★★☆☆

Get Out, réalisé par Jordan Peele (2017), Universal Pictures International France

Une histoire d’amour, de l’épouvante et des frissons garantis : il n’en fallait pas plus pour affoler la twittosphère et attiser la curiosité de plusieurs milliers d’internautes sur les réseaux sociaux. Fort aguicheuse, la bande annonce de Get Out est diffusée en grande masse sur internet depuis le 3 mai, date de la sortie en salles du film. Réalisé par l’Américain Jordan Peel, le blockbuster cumule déjà pas moins de 150 millions d’entrées aux États-Unis, un succès fulgurant que pourrait également connaître le film en France.

          Lui est noir, elle, est blanche. Chris (Daniel Kaluuya) et Rose (Allison Williams) forment depuis plusieurs mois un couple équilibré et harmonieux. Pour officialiser leur relation, Rose souhaite présenter son petit-ami à sa famille et passer un week-end aux côtés de ses parents en pleine campagne. Pour faire plaisir à sa belle, Chris se rend de bon cœur au sein de la demeure familiale qui prend très vite les allures de manoir hanté dont les principaux occupants s’avéreront être des personnages au passé énigmatique.

Get Out, réalisé par Jordan Peele (2017), Universal Pictures International France

          Conçu sur le modèle d’un thriller, Get Out détonne par sa forte portée sociale. Politiquement engagé, le film dénonce les travers d’une société américaine toujours en proie au racisme et à la discrimination. Les personnages et l’intrigue reposent entièrement sur cette méfiance latente fondée sur des sous-entendus pervers. On s’étonnera tout de même de l’étrange inactivité du personnage principal, Chris, qui ne semble pas vouloir répondre au racisme ambiant dont il est victime. Pire, il balaie d’un revers de manche les regards appuyés qui lui sont jetés par sa belle-famille, les blagues cocasses et paroles de mauvais goût prononcées à son encontre par les convives invités par ses beaux-parents à l’occasion d’une fête. Mais tout dérapera un beau soir alors qu’il s’apprêtera à quitter cet enfer dans lequel il a été plongé malgré lui…

          Jouant à la fois sur les registres comique et tragique, le film semble user d’une mécanique déjà bien huilée. S’inscrivant dans le sillon des films d’horreur de ces dernières années tels que Paranormal Activity, le réalisateur opte pour une narration formatée, faisant des personnages secondaires des caricatures d’eux-mêmes. Ainsi, Rose est la petite amie naïve qui réfute les pensées paranoïaques de Chris tandis que lui est le parfait héros gentil pour lequel le spectateur se prend d’empathie. Passionnant sur le fond mais superficiel sur la forme, le film n’exploite pas assez la thématique du racisme, pourtant source de toutes les horreurs décrites par le long métrage. À une époque où la peur de l’autre et la suspicion sont reines, le film aurait gagné à approfondir les rouages de la société américaine encore partiellement fondée sur la xénophobie et le rejet de l’autre.

          Produit par Blumhouse (un studio connu pour ses succès Insidious et The Visit), Get Out a été réalisé avec un petit budget mais se sera révélé incroyablement rentable au vue des millions d’entrées qu’il enregistre depuis sa sortie en salles (il aurait rapporté à ce jour près de 195 millions de dollars dans le monde). À en croire la presse, il semblerait que Jason Blum, le patron de Blumhouse, ait déjà dans l’idée de faire une suite de Get Out en produisant un nouveau thriller social. Les amateurs de films d’horreur devraient s’en réjouir… En attendant, Get Out est très largement diffusé dans toute la France et ne manquera pas de faire frissonner de plaisir les adeptes du genre.

La Bande annonce