LIVE REPORT – COEUR DE PIRATE – 26 NOVEMBRE AU THEATRE FEMINA DE BORDEAUX

© Coeur de pirate / Béatrice Martin

© Coeur de pirate / Béatrice Martin

Nous avions connu Cœur de pirate à ses débuts, comme beaucoup, par le biais du titre Comme des enfants. Charmés par sa voix, ses textes, son accent, nous étions allés plus loin jusqu’à découvrir son premier album. Depuis, la chanteuse québécoise a bien grandi (et nous aussi) et nous offre, selon nous, son meilleur album : Roses. On s’est donc rués pour la voir lors de son passage dans le très beau Théâtre Fémina de Bordeaux.

Pour commencer, un petit mot sur la très jolie première partie qui nous a été offerte. C’est assez rare pour être signalé, nous avons été charmés par le jeune québécois Elliot Maginot, arrivé seul sur scène avec sa guitare. Un set très court d’une vingtaine de minutes composé de chansons hypnotiques. Bien que plutôt désinvolte en dehors des chansons, il contraste justement par une capacité à nous embarquer dans une atmosphère planante dès le début de ses morceaux. Artiste à suivre !

© Elliot Maginot

© Elliot Maginot

Vient alors le moment de l’arrivée de Cœur de pirate sur scène… Les lumières s’éteignent et les applaudissement sont nourris ! Le concert s’ouvre avec la première chanson du dernier album : Ocean Brawl. Une belle entrée en matière qui donne le ton du concert : il sera gracieux et envoutant ! Une atmosphère renforcée par la décoration élégante du Théâtre Fémina.

Beatrice Martin, de son vrai nom, se donne beaucoup sur scène. Ses émotions passent nettement par son corps et sa gestuelle qui accompagnent ses mélodies. Elle semble notamment habitée quand elle interprète Drapeau blanc, notre préférée de son troisième album.

L’artiste oscille entre les morceaux seule au piano ou entourée de ses musiciens, au plus près des spectateurs mais aussi entre chansons en anglais et en français, le tout d’une manière très naturelle.

© Joanne Creton

© Joanne Creton

Pour annoncer The way back home, la chanteuse nous confie qu’elle l’a écrite pour sa fille, Romy, afin de lui expliquer les raisons de ses absences… on l’écoute alors avec un regard différent !

Les chansons de l’album Roses sont très présentes mais Cœur de pirate n’en oublie pas les anciennes pour autant. Nous entendrons alors Francis, Ensemble, Adieu, Golden Baby ou encore Place de la république. Cette dernière étant un vrai moment d’émotion pour nous où tout le talent d’auteur de Béatrice Martin se fait ressentir.

Nous nous devons d’évoquer la sublime scénographie. Une idée simple, quelques draps suspendus, mais qui suffisent à donner de la profondeur à l’espace scénique et nous emporte dans ce que veut nous raconter l’artiste. Les lumières projetées sont d’une beauté comme on en voit rarement sur une scène de concert.

Par ailleurs, on le sait, elle a toujours aimé les reprises : Amy Winehouse, Phoenix et de nombreux autres font partie des artistes qu’elle reprend avec succès. Ce soir, elle nous propose une version «un peu triste sinon ce ne serait pas elle» de Hold on, we’re going home de Drake.

 

Les chansons défilent et on ne voit vraiment pas le temps passer à l’image de cette spectatrice entendue à la fin disant «c’est déjà fini, j’ai l’impression qu’il n’est que 21h».

Pour son rappel, Cœur de pirate retrouve la scène en annonçant, non sans humour, qu’elle va jouer «les chansons pour lesquelles nous sommes normalement venus». Elle entonne alors les premières notes de Comme des enfants reprises en cœur par le public et éclairées à l’aide des téléphones.

Pour la dernière chanson, elle nous incite à tous rester debout (enfin ! car théâtre oblige, nous étions assis), et entame Oublie-moi, succès de Roses.

Après avoir touché quelques mains et s’être vue offrir quelques cadeaux, il est l’heure pour Cœur de pirate de nous quitter. Une chose est sure, ce concert nous a confirmé que Béatrice a pris du galon et mérite une place de choix dans le paysage musical actuel !

Cœur de pirate

Album Roses disponible partout

Le 2 avril 2016 au Zénith de Paris et en tournée dans toute la France

Laisser un commentaire