LIVE REPORT – LENNY KRAVITZ – 9 JUILLET – ARENES DE NIMES

popopopo

© Mathieu Bitton

          C’est un peu avant 22h que j’arrive dans ces majestueuses arènes de Nîmes, ayant donc malheureusement raté la première partie assurée par Rival Sons. Je suis par contre prête pour l’arrivée sur scène de Lenny Kravitz, qui, même si les années passent, en impose toujours autant sur scène.

          Malgré un rhume et quelques soucis de voix, il parvient à emporter tout le monde avec lui, excepté peut – être les gradins les plus hauts des arènes où l’ambiance est plus dissipée … Les personnes en fosse, elles, ne boudent pas leur plaisir, surtout les premiers rangs. En effet, l’artiste descend régulièrement au plus près de son public, touchant les mains et signant même des autographes.

rerere

© Mathieu Bitton

          C’est paré de ses lunettes de soleil et d’un pantalon en cuir que l’artiste alterne les morceaux de son dernier album Strut et ses tubes connus de tous comme I belong to you ou It ain’t over ‘Til it’s over. La plupart des morceaux sont ponctués de longs solos des musiciens : batterie, guitare mais aussi trompette sont mis à l’honneur. Mais c’est véritablement son bain de foule et sa traversée de la majeure partie des gradins qui ont enflammé le public et fait monter l’ambiance d’un cran.

          Après deux heures de concert, Lenny Kravitz conclu ce beau live par Are you gonna go my way, morceau sur lequel les techniciens lumières semblent s’être fait plaisir, on en prend plein les yeux … On regrettera peut être l’absence de quelques effets pyrotechniques qui auraient parfaitement collé à ce morceau mais c’était tout de même un final en apothéose, où fans comme moins fans sont repartis conquis.

Le festival de Nîmes, c’est pas fini ! Retrouvez toutes les infos ici !

 

Laisser un commentaire