Un café avec Théodore, Paul & Gabriel

theo

          Soyons honnêtes, c’est plutôt une bière qu’on a partagé avec ces trois femmes disponibles, franches et pleines d’humour lors de notre interview sans concession le 24 avril peu avant leur concert au Cargo de Nuit à Arles !

  • Votre deuxième album vient de sortir, comment vous sentez-vous par rapport au premier ?

Clémence  Je pense qu’on a plus d’ambition et en même temps, c’est vrai que pour notre première tournée, on était vraiment très très inexpérimentées. La scène nous faisait peur, ça a été un peu laborieux d’autant plus qu’on y a été précipitées très tôt. Là, on est très soudés tous les cinq et on s’amuse vraiment beaucoup, on prend beaucoup de plaisir sur scène. On a une réponse du public sur quasiment chaque concert qui nous surprend agréablement. Les gens repartent souvent très heureux donc ça, ça nous met vraiment du baume au cœur. Après, tout reste à faire sur cet album, on n’est qu’au tout début et j’espère qu’il ira loin et qu’il nous enverra partout.

  • Pourquoi avoir donné à votre album le titre de la chanson We won’t let you down ?

Clémence  En fait, on a cherché un titre pendant des jours et des jours … On cherchait des idées qui pouvaient résumer l’album et on s’est rendues compte que le message qui primait pour nous, c’était le message de cette chanson We won’t let you down qui est deux choses : la mythologie autour du cap du deuxième album où soit tu concrétises la promesse que tu as faite soit tu déçois les gens ; et la deuxième raison c’est le thème-même de la chanson. On avait l’impression qu’il y avait un constat fait sur notre génération comme quoi elle était blasée, qu’elle ne faisait pas grand chose alors que tout au long de notre parcours, on s’est rendues compte que ce n’était pas le cas. On avait envie de dire que notre génération est très jolie et pleine de courage!

  • Comment vous est venue l’idée du début de Your Majesty ?

Pauline  En fait, c’est en s’amusant en répét’ que c’est venu assez naturellement.

Clémence  Ca nous faisait penser aux Stones, au début de You can’t always get what you want avec cette espèce de chorale. En plus, au tout début, vu que ça s’appelle Your Majesty, on voulait cacher dans la chanson l’hymne national anglais mais on l’avait tellement bien planqué qu’on ne l’entendait plus donc on l’a retiré … On s’était quand même dit que ça aurait été cool de se prendre un procès de la Reine d’Angleterre pour notre deuxième album mais finalement on l’aime beaucoup trop pour lui faire du mal (Rires) .

  • Est-ce qu’il y a une date de tournées qui vous a plus marqué qu’une autre ?

Pauline  Celle d’hier, à Toulouse (le 23 avril), était super. Il y a eu un super public et avec The Seasons il y a eu une belle osmose entre nous, une belle atmosphère!

Louise  Il y a eu la Lettonie il y a un an. C’était un voyage très long, on était crevées, on s’est retrouvées dans une ville à 30km de la frontière russe, on n’en menait pas large. (Rires)

On ouvrait pour un rappeur biélorusse donc rien a voir musicalement et on a débarqué sur scène où personne nous connaissait. Il y avait 1000 ou 2000 jeunes complètement fous, c’était beau et solaire !

Clémence  C’était beau de voir l’ouverture d’esprit des gens qui peuvent passer d’un rappeur à un groupe de folk-pop-rock sans se poser de question, avec le même enthousiasme.

 

paul

© Joanne Creton

  • Dernier coup de cœur live ?

Clémence : The Seasons, ça a été un vrai coup de cœur à Toulouse, ça a été fort pour nous.

Louise : J’ai vu Jessie Ware récemment qui m’a bluffé sur scène, c’était magnifique!

  • Dernier coup de cœur ciné ?

Louise : J’ai vu en dvd A most violent year et c’était très bien. Ca part de pas grand chose mais c’est rendu très prenant de part la réalisation. Et sinon, on est d’accord toutes les trois sur un coup de cœur de l’an passé, c’est Only lover left alive !

Pauline : On est assez fan aussi de Xavier Dolan d’une façon générale.

  • L’expo que vous avez envie de voir en ce moment ?

Louise : Klimt à la Pinacothèque. J’irai bien voir aussi Les Bas-fonds du Baroque.

Pauline : J’ai vu Bowie à la Philharmonie, c’est vraiment super. L’expo est vraiment bien fait, tu es en immersion totale.

  • Votre livre de chevet ?

Pauline : Pornoy’s complaint de Philip Roth.

Clémence : Le livre de l’intranquilité de Pessoa.

Louise : Quand ça va bien, c’est L’insoutenable légèreté de l’être de Kundera et quand ça va pas bien, c’est Le mythe de Sisyphe de Camus.

  • Si vous deviez emporter un album sur une île déserte ?

Pauline et Clémence en choeur: Sergent Pepper! Il y a tout dedans.

Louise : Moi, ce serait un sûrement un album de PJ Harvey.

  • La chanson que vous auriez aimé avoir écrite ?

Clémence: Happy de Marina and the diamonds

Pauline: Il y a beaucoup de chansons des Villagers qu’on aurait aimé écrire.

Clémence: Memoir est très très belle!

Pauline: Hope est magnifique aussi!

Clémence: Il y beaucoup de chansons qu’on aurait aimé avoir écrites parce qu’on aime vraiment la musique. Autant je ne suis pas «fan» d’artistes, autant il y a certaines façons d’écrire qui me bouleversent vraiment. Pour moi la pop, c’est réussir à créer sans s’en rendre compte des choses complètement universelles, à la fois débordantes de simplicité et en même temps qui sont une évidence. Ces chansons là sont magiques et deviennent des tubes. Je pense que les chansons qui marchent ne sont pas des chansons qui ont été écrites pour être des tubes, ce sont des petits ovnis qui déboulent et ça marche parce que d’un coup c’est le cœur d’un homme qui croise l’envie d’un peuple et c’est là que ça devient magique!

  • Un festival que vous rêvez de faire ?

Les trois: Glastonbury et en France, les Vieilles Charrues, ça nous dirait bien!

  • Plutôt, CD, MP3 ou Vinyle ?

Clémence: Vinyle

Pauline: Vinyle

Louise: Si je voulais mentir je dirai vinyle mais au quotidien, c’est MP3.

Clémence: Moi j’adore les vinyles, j’aime le bruit que ça fait. Et puis tu as un rituel, tu prends le temps de sortir ton vinyle et très rapidement ça s’arrête donc tu dois aller le retourner. C’est pas un truc que tu mets en fond comme ça. Et puis, tu dois être respectueux de l’objet sinon il se raye du coup et en étant respectueux de l’objet, tu es respectueux de l’artiste et de la musique.

  • Mais votre album n’est pas sorti en vinyle …

Pauline: Hé non mais on aimerait qu’il sorte en vinyle et on nous le demande en plus!

  • Dernière question: Dans l’idéal, on se retrouve où dans 10 ans ?

Pauline: Sur la grande scène de Glastonbury …

Clémence: Ou au Madison Square Garden …

Louise: Ou au Hollywood Bowl!

On souhaite donc à Theodore, Paul et Gabriel de faire l’une de ces scènes voire les trois, soyons fous! En attendant, achetez leur album et allez les voir en concert, ça vaut vraiment le coup!

Merci à Armonie et à Clémence, Pauline et Louise !

Propos recueillis par Joanne Creton

4747

 

http://www.theodorepaulgabriel.com/

http://www.fnacspectacles.com/place-spectacle/ficheartiste/-Theodore–Paul-et-Gabriel-dcea086dc0a8190a48e2b7a049f6085c.htm

https://itunes.apple.com/fr/album/we-wont-let-you-down/id952292203

 

 

© Joanne Creton

Laisser un commentaire